Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Je me suis demandé ce que je dois dire à ma fille pour lui expliquer pourquoi elle ne devra pas faire usage de la procréation faite par autrui (pma) quand elle voudra construire une famille. On a pu constater que le bon sens même qui veut qu'un enfant soit élevé par son père et sa mère ne vaut plus rien face au débat d'époux consanguins dont nous sommes abreuvé jusqu'à ras bord chaque minute depuis quelques jours. Le respect de l'enfant non plus... Dans un monde où la compétitivité fait rage, où certains paient pour manger de la vie bio en laissant les autres manger du cancer, le seul argument qu'il nous reste est celui de la qualité du produit, fût-il humain.

Et alors j'ai pensé à quand je n'étais qu'une toute jeune journaliste apprentie et que la France découvrait le potentiel du système des neurones miroirs. Cela m'avait fasciné ! Le fait que les humains comme d'autres espèces utilisent un mode d'apprentissage par l'exemple de leurs congénères, simplement en regardant faire une action, c'est réellement fascinant !  Le cerveau a donc la capacité de se mettre à la place de celui qui fait, pour apprendre à faire. Et c'est ainsi qu'il se développe.

Mais là où c'est encore plus fascinant c'est que chaque neurone s'active en face de l'activation du même neurone chez la personne qui fait et celle qui le regarde faire. Si je suis en train de peindre, ma fille apprendra à peindre en me regardant parce que son système cérébrale qui gère la pratique de la peinture se mettra en route comme si c'était elle même qui peignait à ma place. Et ce sera une autre zone qui se mettra en place si je suis en train de faire des maths devant elle ou du yoga.

"Chaque neurone ne répond qu'à un seul type d'action, mais ne répond pas (ou peu) quand il s'agit d'un autre geste. Par exemple, un neurone sensible à un mouvement de préhension de la main ne réagira pas si l'individu effectue un autre geste (comme une extension des doigts) ou si cet autre geste est effectué par un autre individu. En outre, il existe une autre classe de neurones miroirs qui sont peu sensibles au geste en particulier, mais à la finalité de l'action." (Wikipédia)

Nous héritons tous d'un potentiel génétique issu de nos deux parents. Nous avons en nous toutes les adaptations que nos aïeuls ont crût bon de conserver pour notre survie, débarrassés de toutes les adaptations que notre environnement n'utilisait plus. Je suis belle et intelligente parce que mes parents et mes aïeuls avant eux ont décidé, en se choisissant et en s'accouplant avec des sujets correspondant à leur recherche consciente ou pas, que si je devais survivre ce ne serait qu'en étant belle et intelligente. Quoi ? Ils n'ont pas jugé utile de me léguer la modestie ou l'hypocrisie et chaque jour la télé nous démontre pourquoi ^^

Plus sérieusement, c'est en observant ma mère au quotidien gérer sa façon d'être en décalage avec le monde et s'y adapter quand même, que j'ai appris à être en décalage avec le monde et à y rester quand même. Je pense que sans la présence et l'éducation active de ma mère, je serais juste en décalage avec le monde et complètement paumée. La zone de mes neurones qui gère ma perchitude léguée par ma mère (qui est une arme de protection massive qui fait traverser des guerres nucléaires en sifflotant) n'aurait jamais été stimulé et serait donc complètement inopérante, voir même sénile. On sait par expérience que le corps à tendance à pourrir dans les endroits qu'on ne fait pas fonctionner ou pas correctement...

A côté de ça, je sais supporter ma mère, parce que je suis aussi l'héritage de mon père ! Sans ça c'eût été impossible !!! (Elle appréciera.) Je ressemble tellement à mon père dans mon endurance mentale ou ma pondération (pas toujours si flagrante, mais bien réelle) que ce n'est qu'à son côté que j'exploite complètement ce potentiel qu'il m'a appris à contrôler tard et qui me faisait  vraiment affreusement défaut quand je ne savais pas que j'étais aussi comme lui... A partir du moment où j'ai pu voir mon père fonctionner, ma vie s'est remplie de cette pondération, de cette prise de hauteur qui le compose et que je ne savais simplement pas exploiter parce que personne dans la famille de ma mère ne fonctionne comme nous ! Tout simplement. Il suffit que j'apprenne. Que je m'apprenne. Comme un outil que seul l'autre, celui qui l'a placé en nous, peut nous révéler.

A chaque fois, face à la procréation faite par autrui (pma) je me demande comment les gens qui se font passer pour les parents de l'enfant feront face à un enfant autiste dont les parents réels avaient su suffisamment développer de compétence d'adaptation pour que leur particularité cognitive devienne invisible. Je rappelle que l'autisme est un fonctionnement cognitif qui peut passer complètement inaperçu si la personne avec autisme ne rencontre pas de trouble dans son adaptation.

Il en va de même pour la surdouance. Quand on ne connaît pas, on rêve d'avoir un enfant surdoué, mais quand on connait, bienvenu chez satan et bon courage si vous même vous n'êtes pas un peu sureffiscient sur les bords pour supporter Energizer la Poupée Chucky... Maman après le paradis on meurt ? Ta gueule fille indigne, finis tes raviolis.

Alors c'est bien joli de vouloir donner des enfants à des gens qui ne veulent plus faire l'effort de s'aimer entre eux pour en faire et pour les éduquer le temps que l'enfant soit pleinement autonome, épanoui et serein... Mais comme pour tout marché, ça crée des écarts de qualité de produit ! Car le gosse qui aura été élevé par ses parents réels, qui auront pu activer les bonnes zones de son cerveau pour l'adapter pleinement à son environnement en lui inculquant la façon de faire fonctionner son héritage neurologique, sera de meilleur qualité que celui qui (n'aura déjà pas forcément reçu le lait de sa mère réelle pour renforcer sa qualité physique et psychique) sera passé à côté de sa façon inné de fonctionner et devra se contenter d'apprentissages acquis, qui ne seront jamais aussi sains que ceux que des générations d'humains ont gardé en eux pour les mettre en lui afin qu'il kiffe et fasse passer à son bébé, etc...

J'apprendrais à ma fille a aimer le travail bien fait et la qualité des produits, fussent-ils humains, puisqu'aujourd'hui, le respect de la vie le plus élémentaire ne suffit plus.

Je lui dirais de trouver un homme qu'elle supportera 20 ans sur 80 et qu'avec lui, elle se concentre à vivre cette aventure extraordinaire qu'est celle de faire des enfants, par amour, avec respect de la fonction et passion du travail bien fait et fait Maison, dans son ventre à elle, avec ses ovules à elle et sa bite déversant ses spermatozoïdes, à lui. Alors seulement, elle pourra dire qu'elle a un enfant sans se mentir à elle même avec l'enfant d'autrui.


MomLetter

Abonnez-vous à notre Newsletter!