Stop aux mutilations génitales des hommes !

La vie comme un art

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Avertissement : en cliquant sur ce lien vous serez confronté à une bite...

 L'horreur... Bienvenue en enfer...

La circoncision, du latin circumcisio, signifiant «découper autour», consiste en l’ablation du prépuce, c'est à dire la peau qui recouvre le gland de la verge. Comme on peut le voir sur l'image, une verge que nous appellerons ici une bite pour des raisons de facilité est naturellement recouverte de peau. Cette peau protège le gland qui du coup reste toujours un peu en zone humide et reste lisse très sensible. Le prépuce est constitué de tout un tas de terminaisons nerveuses qui font de lui une des zones les plus sensible du corps humain. On a donc là la combinaison d'une zone archi sensible, le prépuce, qui protège une zone hypra sensible, le gland.

Lorsque cette peau est coupé lors de la circoncision, le gland se retrouve à l'air libre, frottant contre les vêtements, etc et pour se défendre va se recouvrir d'une protection naturelle qui va durcir sa peau et l'insensibiliser.

Ma théorie est que cette insensibilisation de la bite va de paire avec une insensibilisation mentale des hommes face aux femmes dans un premier temps et in fine, face au reste du monde...

Il y a presque 5 ans maintenant je suis tombé amoureuse d'un homme d'affaire juif marocain qui illustre magnifiquement cette article en photo : Albert Levy. Malheureusement pour moi, il n'a pas souhaité partager de relation sentimentale avec moi, mais j'ai tenu à écouter mon instinct et à explorer son univers et je l'ai suivi sur les réseaux sociaux dès juin 2015. En presque 5 ans d'observations, d'interrogations et de partage avec son cercle proche ou éloigné, j'ai pu m'interroger sur les hommes de la communauté juive, n'ayant pas échangé avec les femmes, moins accessibles pour moi et trouver des similitudes de comportements chez les juifs. Similitudes qui, j'en ai la conviction, sont directement lié à la circoncision.

Je vais faire des généralités parce que des généralités sont ressorties de mes rencontres et de mes entretiens avec les juifs que j'ai interrogé. Je ne dis pas que les juifs sont comme ceci ou comme cela, mais je dis que les hommes juifs avec lesquels j'ai échangé avaient des points communs dont un qui ressort plus que les autres : une misogynie latente ou franchement affirmée. Une sorte de violence dans l'approche de la femme que je n'avais jamais rencontré ailleurs que chez mon demi-frère clément*...

J'ai cherché longtemps le mot qui allait avec ce comportement que je retrouvais chez eux tous, du plus gentil au plus con et je n'arrivais pas à mettre le bon terme sur ça car il ne s'agit pas vraiment d'une misogynie... Ce n'est pas vraiment qu'ils détestent les femmes... C'est qu'ils sont "insensibles" à tout ce qui constituent la féminité, les détails qui font qu'une femme est femme les fatiguent et les désintéressent, ils n'arrivent tout simplement pas à accéder à une grande partie de la féminité parce que tout simplement, cette grande partie ne leur fait strictement rien du tout, ils y sont "insensible".

Ce n'est qu'une fois que j'ai trouvé ce mot que j'ai pu comprendre le début du problème : de la même façon que leur bite est insensible à la plupart de tout ce qui fait l'attrait de la relation sexuelle, leur cerveau passe à côté de toutes ces informations que leur corps devraient normalement leur fournir, mais ne leur a strictement jamais donné puisque n'y a jamais eu accès. Toute une zone de leur corps, mais aussi et surtout de leur cerveau est comme anesthésié, ils sont insensibles à ce qui constitue le plus gros intérêt à vivre : l'amour. Autant amour physique que mentale puisque cela va ensemble.

Je ne dis pas que les hommes circoncis ne sont pas amoureux, je ne suis pas teubê... Je dis qu'ils ne sont pas et ne peuvent pas être amoureux comme un homme qui a encore son prépuce car dans sa relation à son corps, dans sa façon de faire l'amour physiquement, il n'est plus un être humain normal. Il est handicapé. Il a été privé de sa capacité à aimer...

Il a été prouvé que l'acte sexuel avec un homme circoncis et de très loin beaucoup plus moisi pour la partenaire qu'avec un homme qui a son prépuce. Le prépuce permet de faire mouiller la partenaire en sollicitant la paroi et l'atteinte de l'orgasme et des orgasmes multiples s'en trouvent faciliter. Sans prépuce fini la cramouille qui mouille, ce qui peut expliquer la différence de contamination par le VIH des circoncis de la bite. Moins de sécrétion vaginale voir de francs problèmes de sècheresse vaginale = moins d'échange de liquide vaginale qui est le bus de transport du sida. Ce n'est là que ma théorie personnelle... Fermons la parenthèse.

Donc apparemment, non seulement les circoncis baisent mal (ce qui n'est pas un jugement de valeur, c'est un fait) parce qu'étant insensible de la bite ils sont plus direct (pour ne pas dire violent) dans la pénétration que les non circoncis pour pouvoir ressentir quelque chose, mais en plus, pour eux même l'expérience sexuelle n'a absolument rien de comparable d'avec une expérience sexuelle avec prépuce, ce qu'ils ne sauront jamais puisque dans la plupart des cas, ils n'en ont jamais eu. Pous savoir ça il faut écouter les hommes qui se sont fait couper la bite une fois adulte et s'en sont bouffer les couilles de regret tellement leur vie sexuelle est devenue insipide. Un de ces hommes interrogés parlaient d'ailleurs de sa sexualité comme de la vue sans la couleur... Pour ma part j'étais arrivé à comparer la sexualité et les relations des hommes circoncis à un bon repas sans le goût donc je suis heureuse de constater que je n'étais pas très loin.

Pour moi circoncir les hommes c'est comme les priver du goût. Alors oui, ils seront toujours capable de reconnaître les bons aliments, de manger avec joie et de ressentir les bienfaits de leur consommation de nourriture sur leur corps et dans leur vie, ils comprendront bien quelque part que c'est grâce à ce bon repas de qualité qu'ils sont en vie, mais il ne sauront jamais quel goût avait le repas et ne pourront jamais être sensible à ce qui se passe en cuisine dans l'alliance des saveurs, les subtilités du mariage du sel et du poivre ou l'art de la cuisinière à manier le gingembre et le cumin au bon moment et tout cela non seulement ne les intéressera jamais le moins du monde, mais ils ne sauront être sensible aux gérémiades de la cuisinière quand elle se plaindra que l'oignon la fait pleurer.

Cette insensibilisation de la bite de tout un peuple réputé féroce en affaire, plus intelligent et froid dans les négociations peut trouver un sens quand on l'éclaire de cette façon.

A t-on le droit de priver un être humain de son droit à l'amour à 100% sous le prétexte qu'ainsi il est accepté par une communauté qui a largement les moyens de se défendre (mais pas de défendre ses propres enfants) ? Appartement, oui. Entre 100€ et 300€ le coups de ciseau sur la bite, tu as le droit, ça passe.

Qui sont ces mères qui acceptent encore en 2020 de faire couper la bite de leur enfant et de leur faire subir une mutilation génitale qui va perturber toute leur vie la sexualité non seulement de leur fils, mais également de sa partenaire ? C'est une question très très importante parce que ça explique également une forme d'acceptation et d'éducation... La femme qui accepte de faire mal à son enfant pour son soit disant bien l'élève t-elle réellement dans son intérêt à lui, l'enfant ?

J'ai fait l'amour avec deux partenaires juifs, circoncis donc... (Pas Albert Levy malheureusement, ni un de ses amis heureusement !) Et oui, je dois avouer que c'était franchement nul. Désolée. La première des approches part déjà en complications à la base : quand on est habituée à faire l'amour à des bites intactes, la première rencontre entre les deux corps est souvent une main qui se glisse dans le pantalon pour aller caresser son partenaire et le masturber. Le mouvement de va et vient du prépuce sur la peau, ce geste de faire rentrer et sortir le gland de sa cachette dermique ets déjà en soi une excitation parce qu'on sait, on sent, à quel point ça excite notre partenaire... Chez les circoncis cette première rencontre et cette première excitation n'existe pas. Il n'y a pas de peau pour humidifier la zone et jouer, on est directement sur le gland et en plus, ça fait très peur parce qu'on sait la fragilité de l'endroit sur les pénis nonc circoncis donc c'est très déstabilisant. A moins de lubrifier avec un produit non humain... C'est déjà un problème... Ensuite dans la façon dont les circoncis avec lesquels j'ai fait l'amour ont abordé mon corps il y a la suite du problème... Le fait de ne pas avoir eu ce premier échange de câlin dans la zone génitale, il manque une information que les circoncis répercutent sur la femme. Vu qu'ils ne savent pas ce que demande un échauffement traditionnel de la bite, ils n'ont pas la même attention pour l'échauffement de leur partenaire que les non circoncis qui sont habitués à partager ce moment de découverte et de plaisir des caresses des zones génitales. On est effectivement vite dans le vif du sujet et, effectivement encore, d'une façon on dira plus "puissante" qu'avec un non circoncis qui ressent beaucoup plus de plaisir dans la pénétration à cause du mouvement de caché/décaché que fait le prépuce sur le gland à l'intérieur du vagin...  Ce qui fait que ces hommes là se retrouvent sans doute souvent avec des femmes insensibilisées elles même des parties intimes par différents trauma sans doute et qui acceptent une sexualité plus violente et sans... Détails. D'aucun diront des michto, des putes ou des arrivistes... Je dirais des femmes insensibilisées mentalement. Parce qu'ils faut arriver à accepter la frustration sexuelle d'une relation avec un insensible de la bite et les complications de sécheresse vaginale et autres goûts d'inachevé que ça engendre...

Bref, ça n'a rien à voir et c'est pas folichon.

Ce qui est affligeant dans cette histoire c'est que les hommes qui ont un prépuce ne s'insurgent pas plus que ça qu'on continue de couper la bite aux autres en ayant connaissance de tout ce qui est retiré à leurs homologues masculins et pire encore même, qu'ils les incriminent pour les effets de cette ablation de leur identité et les conséquences que ça engendre dans leur vie et leur demande de mettre en place comme adaptation pour leur survie psychique et physique... Comme il est tout aussi étonnant que les mères des communautés qui pratiquent encore ces mutilations archaïques ne se soient jamais levé en masse pour que cesse l'horreur...

Je me suis souvent demandé comment je pourrais expliquer à mon Albert tout ce qu'on lui a retiré en lui coupant la bite... Je me suis demandé comment je pourrais par les mots, par l'expression orale de mon amour pour lui, lui rendre un bout de sa bite pour le faire m'aimer à 100%, en entier, pour qu'il atteigne ce monde si inconnu pour lui des petits détails féminins, ces petits soubresauts du corps, de l'esprit et de l'âme qui font vibrer tout le corps en partant de la bite par une simple caresse du bout du doigt, un souffle chaud, ou froid...

J'ai dû accepter la fatalité : il est insensible depuis toujours et le restera très probablement parce que, bébé, sa mère lui a coupé la bite, à vif.

*clément est circoncis


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

MomLetter

Abonnez-vous à notre Newsletter!