Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La famille est la valeur refuge en cas de coups dur dans la vie et pourtant, de générations en générations, à travers un travail de sape de la famille, le lien se perd…

"Les seuls qui restent en cas de coups dur, c'est la famille"... Si ce vieil adage a longtemps eu la dent dur, aujourd'hui nous sommes tous menacé de nous retrouver sans dent.

Je vais vous raconter une petite histoire qui s’est passé aujourd’hui. Ce matin devant l’école de mes filles, je donne une consigne à ma grande fille et lui demande de rappeler à sa petite sœur qu’elle doit faire signer son cahier de correspondance pour ne pas manger à la cantine avec moi dans le cadre de notre décision d’allégement de sa semaine. Elle avait 4 mètres à faire pour lui donner l’information.

A 16h, je récupère mes enfants. Ma petite a oublié de faire signer son cahier et sa sœur a oublié de lui dire de le faire signer.

Cela n’a l’air de rien et pourtant cet événement est symptomatique de ce qu’il se passe quand les fratries rentrent dans l’école : la séparation.

Chaque enfant est catégorisé par son âge et donc les frères et sœurs sont séparés tous les matins et dans la journée et se retrouvent avec les enfants de leurs âges. Je fais bien la différence entre âge et niveau, qui sont deux choses différentes.

Je pense que cela participe fortement à casser les familles et à diviser les fratries.

La solidarité qu’il y avait entre frère et sœur de la génération de ma grand-mère par exemple n’a absolument rien à voir avec celle qu’il y avait entre la génération de ma mère, qui n’a elle même plus rien à voir avec celle qu’il n’y a déjà presque plus avec ma génération. Le lien familial et de solidarité qui existait dans les familles se brise en laissant la place à un individu dépendant de l’Etat en cas de difficultés, c’est à dire un individu seul et isolé.

Les enfants d’une même fratrie qui sont pourtant géographiquement au même endroit ne grandissent plus ensemble, rajoutant à cela un effet de meute des classes d’école qui exclue les enfants plus petits ou plus grands du groupe qui partage toute la journée ensemble, mange ensemble et doivent au final survivre ensemble tout au long de leur scolarité.

Les plus grands ne protègent plus les petits, au contraire, ils les attaquent et les plus petits ne savent plus vers qui se tourner et donc se renferment sur eux et se protègent comme ils peuvent, généralement par le vice, le mensonge, la triche et le vol…

Bien.

Une fois qu’on a dit ça, qu’est ce qu’on fait ? Pour ma part j’avance de plus en plus vers la déscolarisation de mes enfants à la fin de cette année scolaire, mais en attendant, pour ne pas que le lien familial se meurt entre mes filles, je mets en place des impératifs d’être ensemble à l’intérieur de l’école et de partager son temps en famille dans l’école comme à la Maison. J’apprends à mes enfants les valeurs de la famille et l’importance du lien qu’elles partagent entre elles et de la nécessité de l’entretenir correctement pour que ce lien leur serve dans le futur et qu’elles ne se retrouvent jamais seule, perdue, alors qu’elles sont deux, ensemble.

 


MomLetter

Abonnez-vous à notre Newsletter!