Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Comment faire pour initier les enfants à la foi en respectant leur liberté de conscience et leur droit décisionnel dans leur vie ? Délicate question dans une époque où toutes les valeurs ont explosé...

Je pense que l'éducation doit avant tout être cohérente avec la vie de tous les jours de l'enfant. Je pense que l'éducation est une adaptation à l'environnement. C'est une expression que l'on retrouve sans doute souvent sur mon site parce que pour moi c'est la base de tout. S'adapter à son environnement c'est survivre avant de comprendre comment on peut faire pour y vivre... Vaste chantier. Il s'agit déjà de définir son environnement... Pour l'enfant, avant tout, son environnement est familiale, composé par ses parents, ses frères et soeurs, sa famille élargie, puis viennent l'école, le centre de loisirs ou les activités extra-scolaire... Le but du jeu est donc que l'enfant soit adapté à son environnement d'une façon harmonieuse tout en lui donnant d'ores et déjà, d'une façon homéopathique, les clefs pour qu'il puisse diriger sa vie seul une fois adulte en sachant s'affranchir de tous les codes d'éducation qui lui ont été donné, en respectant ceux et celles qui les lui ont donné de "bonne foi"...

La foi, cette "confiance" (encore elle, celle là même qui permet l'amour) en quelque chose ou quelqu'un de plus grand que nous est un cadre hyper rassurant pour l'humain. Quand tous les cadres ont implosé et que plus rien ne semble avoir de sens ou de cohérence, seule la foi, en soi, en l'amour suprême, en la bonté ou dans le beau, reste fidèle au poste pour nous motiver à avancer. C'est parce que je crois que la beauté absolue existe que je la cherche. C'est parce que je pense que l'amour ultime et grandiose existe que je le cherche et essaie de le proposer aux autres qui le cherchent comme moi...

La foi, comme le reste se transmet par l'exemple.

Le problème c'est que les structures religieuses sont éternellement celles qui sont attaquées pour nous faire partir en couille complet et embrouiller nos esprits. Entre les islamistes qui coupent des têtes, les prêtres qui violent des gosses ou les juifs qui attaquent la énième générations de mariage consanguin... On n'a pas le cul sorti des ronces si on cherche une parcelle de paradis certifié conforme ici sur terre. Il faut fouiller. C'est comme sur Google. Se faire sa propre opinion, ne pas avoir peur de fouiller chez les autres et de prendre ce qui est bon en laissant le mauvais sans perdre son temps à le combattre plus que nécessaire... La religion est la plus grande perte de temps dans une recherche spirituelle, autant qu'elle est le meilleur cadre d'apprentissage.

Je souris parfois en repensant à ma mère qui nous réveillait le dimanche pour nous envoyer mes frères et moi, tout seuls, à l'église qui était à 15 minutes de marche de chez nous pendant qu'elle préparait le repas dominical... Elle ne venait pas, mais elle envoyait ses enfants, ça veut tout dire, à la fois de l'amour qu'elle nous portait, de sa foi et de son amour en Dieu et de la confiance en la vie qu'elle avait... Parce qu'on était tout petits... On passait alors une heure à écouter des choses incompréhensibles pour nous et à nous marrer sous cape... Je ne me rendais pas compte que j'aimais ces moments. J'aimais la confiance que ma mère mettait en notre éducation quand elle nous envoyait seuls à la messe parmi les adultes.

Nous avons reçu une vraie éducation religieuse, par des religieux, dans des écoles religieuses.

Même si j'ai apprécié mon expérience de vie, je ne souhaite pas revivre ce parcours avec mes enfants. Non pas parce que je le rejette, au contraire, plutôt parce que je le maîtrise. Je souhaite que mes enfants soient baptisées quand elles ont conscience qu'elles sont en train d'être baptisées. J'aimerais qu'elle demande à faire leur première communion.

Comme je suis croyante, je parle de ma croyance avec mes enfants, de ce que je pense de la vie, de sa création et de son Créateur. De la façon dont je vois la beauté du monde dans sa souffrance parfois et de la complexité de faire naître la joie dans un monde douloureux parfois.

Quand je passe devant une église dont la porte est ouverte, je rentre toujours avec plaisir "dire bonjour" et prier. J'ai appris à mes filles à respecter ce temps de prière que je m'accorde et je pense qu'elles ressentent le bien que ça me fait. Les églises sont des lieux très agréables et souvent chargées de beauté, de quiétude et de ce petit quelque chose qui nous parle en profondeur pour nous dire "tout va bien se passer, garde confiance"...

Quand elles étaient petites, mes enfants avaient le droit de déambuler un peu dans l'église et de partir à l'exploration du bâtiment sous ma surveillance. Puis elles ont grandi et sont allé explorer sans moi, toutes les deux, en se tenant la main. Elles revenaient chargées de question : pourquoi le monsieur il est sur la croix ? C'est qui la dame ? Pourquoi elle a toujours un bébé ? C'est qui le bébé ? Et c'est qui son Papa ? Elle est morte ?

Je répondais, aussi simplement que leurs questions, en précisant souvent ce que pense la majorité des croyants, ce que moi j'en pense et ce que pensent ceux qui ne croient pas la même Histoire que nous. De cette façon elles avaient les "armes" pour pouvoir aborder ces questions là avec les autres personnes qui n'ont pas forcément mon point de vue, en leur épargnant la violence des débats de maternelle sur l'existence du père Noël ou pas ^^

Chez nous, pas de père Noël, mais une petite messe de minuit parfois...

Pendant le repas, pas de bénédicités ou de longues prières, mais un merci à Dieu pour ce bon repas offert et un Amen de conclusion avant de manger, quand on y pense, quand on le pense et quand on a besoin de le dire. Parce que nos repas sont réellement des cadeaux posés sur notre table qui est elle même un cadeau comme notre vie... Et c'est parce que j'essaie de conserver au maximum ma confiance en ce cadeau de la vie que j'ai reçu, que j'essaie de le transmettre au mieux : parce que dans cet effort de transmission de confiance, je trouve aussi la force d'avoir moi même confiance, encore, malgré tout.

 


MomLetter

Abonnez-vous à notre Newsletter!