Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La dernière fois j’ai eu la très mauvaise idée de lire un billet de blog d’une autre mère. Pourtant je sais que je ne dois pas faire ça et que c’est mauvais pour ma santé mentale, mais je ne sais pas pourquoi, peut être l’envie de tâter du terrain que j’ai quitté depuis quelques temps, l’envie de partir à la rencontre de mes paires ou l’insouciance d’une journée radieuse, l'erreur bête…

Cette mère, que je ne saurais pas nommer parce que je me suis empressé de me désinscrire du groupe qui avait publié sa merde, expliquait à ses congénères maternelles qu’elle a enfin réussi à poser les mots sur les réactions de son fils quand il est en publique avec elle grâce à un professionnel de la petite enfance qui l’a rassuré sur la normalité de la violence de son enfant à son égard quand elle va le chercher en fin de journée.

Bon.

Respire, inspire, souffle…

Le billet racontait donc que cette maman était soulagée de pouvoir enfin expliquer à son mari, sa famille et ses amis qui étaient consternés par l’attitude de son fils envers elle, que non, ce n’est pas parce qu’il est mal élevé, mais que c’est parce qu’elle est son « phare » dans l’obscurité de l’existence et qu’en conséquence il est tout à fait légitime qu’il soit adorable avec tout le monde et se décharge émotionnellement sur elle…

Mon Dieu Seigneur, pulvérise toutes ces connes qu’on n’en parle plus.

Si on suit ce raisonnement, selon madame, il est normal que son enfant la maltraite parce qu’avec elle, il est rassuré et sait qu’il pourra le faire en toute quiétude et décharger toute l’énergie négative qu’il a accumulé en lui, sur elle, sa mère... Ahouuuuuuummmm...

Je ne sais pas d’où vient ce ramassis de connerie, mais ce n’est pas la première fois que je l’entends.

Pour moi, c’est de la maltraitance envers l’enfant.

Non, l'enfant n'a pas a décharger son "énergie négative" sur quelqu'un, premièrement, parce qu'en réalité, l'enfant n'a pas a accumuler de l'énergie négative et parce qu'ensuite, lui apprendre que les sautes d'humeur ou les coups de grizzou se règlent façon défouloir sur Maman, c'est complètement barré et digne du masochisme !!! Il faut vraiment manquer d'estime et de respect de soi pour arriver à penser qu'il est tout à fait normal que son propre enfant, à qui on est censé apprendre les règles de la vie en solitaire et en groupe a le droit de nous violenter parce qu'on l'aime ! C'est de la pure maltraitance envers soi, mais aussi surtout envers l'enfant !

Les enfants ont besoin de limites, de repères et de cadres qui les contiennent et leur montrent jusqu’où ils peuvent aller avec les autres. Ces limites, cadres et repères ne servent pas juste à « tenir » l’enfant, mais le sécurisent aussi, surtout.

Si ces limites là ne sont pas posé par sa mère et son père, l'enfant se retrouve dans un monde hyper angoissant, sans savoir ce qu'il a le droit de faire aux autres, ou pas et donc sans savoir ce qu'on a le droit de lui faire à lui même ou pas !

A partir du moment où on autorise un enfant à violenter sa mère de façon physique ou verbale, le gamin est fini !

En cas de danger il n'aura pas confiance -à juste titre- en l'adulte qu'il a le droit de violenter puisque si lui, enfant à le droit de le faire, les autres adultes vont exterminer son adulte référent ! Donc selon toute logique, il n'est pas protégé correctement et doit remplacer l'adulte défaillant et alors bienvenue à l'enfant roi qui va pourrir la vie de tout le monde en cherchant sans cesse les limites que sa conne de mère-la-phare ne lui a jamais donné !

C’est parce que l’enfant sait que s’il respecte les limites il est en sécurité qu’il grandit serein en explorant son univers encadré par les adultes à qui il va faire confiance et sur lesquels il va pouvoir se reposer pour se dégager de la peur d’un monde sans limite et arriver petit à petit à devenir autonome en repoussant les limites tout en étant encadré par les adultes puis par la loi.

Si l’adulte référent qui est la limite pour l’enfant n’est pas capable de faire respecter la première des limites qui est « Tu ne portes pas atteinte à mon intégrité physique ou émotionnelle comme je ne le fais pas avec toi », alors, l’éducation est foutue à la base.

L’enfant ne trouvant pas de limite chez sa mère, se retrouve dans un monde insécure dans lequel il n’a pas de repère pour savoir ce qu’il a le droit de faire aux autres, ou pas et surtout ce que l’on a le droit de lui faire à lui ! Si Maman accepte que je lui crie dessus et la frappe quand on est en publique parce qu’elle m’aime, est ce que je dois accepter que les gens qui m’aiment me crient dessus et me frappent ? C’est absolument n’importe quoi.

La première des règles en éducation est justement tout le contraire ! Le parent est LA figure à ne jamais attaquer parce qu’il représente l’autorité et l’altérité. Comment un enfant qui ne respecte pas sa mère va pouvoir respecter son enseignant ou la police ou les lois ???

L’autorité parentale qui fait défaut dans les maisons depuis que les mères ont décidé de devenir les poubelles émotionnelles de leurs enfants se retrouve dans la société à travers une violence urbaine et un incivisme banalisé…

Le fondement suprême de l'éducation est le respect de la mère. Ce respect ne peut se faire qu'à partir du respect de l'enfant et donc de la fonction maternelle. Partant de là, tout est dit. Quand on voit le manque de reconnaissance pour la fonction maternelle, on ne s'étonne pas d'entendre les dindes glousser de contentement de pouvoir justifier par des mots-pommade le mauvais exemple qu'elles donnent à leurs enfants dont elles délèguent majoritairement l'éducation par égoïsme qu'elles nomment "choix personnel".

Ce qui m’a fait le plus peur, ce n’est pas ce billet qui ressemble à beaucoup de billet déjà lu jadis par des mères qui cherchent plus à se réconforter entre elles sur les qualités de leurs dérives éducatives qu’à trouver des vraies solutions pour faire avancer leurs enfants… Non… Ce qui m’a fait le plus peur, c’est la centaines de commentaires sous le billet qui déclamaient leur soulagement de pouvoir enfin dire à haute voix comme ça fait du bien de trouver une mère aussi exécrable que soi même et en prime de gagner les mots juste à répondre à toute la société qui se permet, la malheureuse, de juger des enfants (mal élevés qui tapent leurs mères et font des scandales publiques) qu’elle ne connaît même pas, la société, cette empêcheuse de faire de la merde tranquillement avec ses enfants.

C’est tout ce que je voulais dire.

Merci.

 

 

 

 

 


MomLetter

Abonnez-vous à notre Newsletter!