Fertilité : mettre toutes les chances de son côté

La vie comme un art

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

De plus en plus de femmes et surtout d'hommes sont infertiles en occident.

Pour moi il n'y a strictement rien d'étonnant à cela. C'est même l'évidence même. Mais l'infertilité n'est pas la stérilité. Être infertile, c'est à dire, avoir des difficultés à avoir un enfant naturellement après un à deux ans d'essais, ne signifie pas l'impossibilité d'avoir des enfants.

Je ne me permettrais pas de faire croire que je connais une recette pour devenir fertile. Je ne dirais même pas qu'il existe une recette pour devenir fertile... Mais je peux raconter mon expérience.

Selon ce qu'il m'avait dit, le père de mes enfants avait été diagnostiqué stérile avec 80% de fiabilité du diagnostique. Sa première femme et lui ont donc eu recours a l'adoption.

Quand j'ai moi même essayé d'avoir un enfant avec lui, je suis tombé enceinte du premier coups, le premier mois d'essai, mais j'ai fait une fausse couche lors du premier trimestre.

Un an plus tard, nous avons re-essayé de faire un bébé et cette fois ci cela a mis plus de temps. Je me suis donc intéressé à l'infertilité et j'ai commencé à noter mes cycles, à prendre ma température et à observer mes glaires. C'était une période de travail. Je le vois vraiment comme ça. Je travaillais à devenir enceinte et je cherchais par tous les moyens les astuces et les méthodes que je pouvais appliquer pour devenir maman.

Et je crois que c'est surtout cela qu'il faut faire : travailler à devenir parent. Sans jamais oublier de s'aimer et de jouer à devenir enceinte, ensemble. Parce que l'enfant doit rester le fruit et le projet d'un homme et d'une femme qui décide de le faire venir pour s'en occuper dans l'amour qu'ils se donnent déjà mutuellement. Le fruit de l'amour doit naître de l'amour d'un homme pour une femme qui l'aime, lui et l'appelle de leur voeux, mais pas au péril d'eux même et de leur amour. Je pense qu'il faut s'amuser à tout tester pour devenir enceinte naturellement comme on goûte des plats différents pour voir si on aime ça ou pas, en laissant la porte ouverte à la décision finale qui n'appartient qu'à Dieu.

C'est très difficile. C'est très douloureux. Quand l'envie d'enfant est là, elle est impérieuse et l'idée d'un Dieu qui refuse de nous donner l'enfant qu'Il donne à des maltraitants peut paraître insupportable, mais selon moi, il faut accepter. Et remercier. Et continuer d'avancer. Dans la joie en prime. Parce que c'est notre route et qu'il faut la suivre en respectant la vie, même quand elle se refuse de venir dans nos ventres.  Si nous sommes défaillants, alors que la nature se garde de venir se loger en nous pour préserver les autres. Voilà une autre façon de donner la vie, aux autres. Accepter que notre corps n'est pas capable de donner la vie pour le moment, continuer à la demander et à marcher vers elle dans le maximum de joie possible dans cette épreuve particulièrement difficile et avancer, toujours.

Aujourd'hui, 10 ans plus tard, je ne sais toujours pas si le fait de faire le poirier aide à tomber enceinte, mais je sais que ça soude le couple quand on fait le poirier en riant et que ça aide à se faire croire que d'une certaine façon, on peut être actrice de son propre destin dans la fécondation.

Le jour où j'ai fait le poirier, en riant, après avoir essayé toutes les méthodes de grand-mère pendant 2 ans et une fausse couche, je suis devenue enceinte de ma première fille, que Dieu la bénisse et en soit loué et je souhaite à toutes les futures mamans de pouvoir traverser cette épreuve dans la joie en développant et en assumant tous les mécanismes psychiques dont elles auront besoin pour respecter la vie qui reste toujours un cadeau, quelle qu'en soit l'issue.